Deviens ta propre légende.
 

Partagez|

[Mafia - CMLV] Bobby Costagliola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Seigneur Jesus
  
avatar
Masculin Messages : 865
Organisation : La Santérià
Grade : Seigneur Noir
Pseudo Habbo : El Jesus

MessageSujet: [Mafia - CMLV] Bobby Costagliola Sam 1 Sep - 19:22

Je précise que ce background n'a jamais été terminé et l'écriture de qualité assez moyenne, l'ayant écrit il y a plus d'un an, mon écriture a aussi mûrie aujourd'hui. Mais ce personnage est celui que j'ai préféré pratiquer, je vous le présente donc ici.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Bobby Costagliola's Story



Introduction

Bobby Costagliola naquit à New-York le 16 février 1967 dans le quartier de Mulberry Street. Il était descendant d'immigrés italiens. En effet ses grands parents avaient émigrés de Naples au début du siècle, pendant la grande vague d'immigration italienne aux USA. Cette descendance était maudite car "Italie" rimait avec "Mafia". Cette association injuste et la discrimination qui en découlait rendit alors la vie dure aux italiens honnêtes, car ils n'avaient pas la confiance de leur nouvelle patrie. Mais le problème allait plus loin. Les italiens qui ne pouvaient donc pas compter sur l'état durent sans remettre entre les mains de ces italiens qui salissaient leur réputation, les membres de la Mafia. Leur destinée était d'être pris en sandwich entre un État raciste et injuste, et la Cosa Nostra qui les avaient suivi dans leur immigration. C'était le destin de Bobby.

Chapitre 1 : La destruction

Bobby c'était un gars ordinaire, bien gros et d'un bon vivant... proportionnel à son poids. Il était commerçant comme son père, son père était boulanger, lui avait un magasin de sport : "Costagliola Sport" ce que l'on peut trouver ironique quand on sait que cet obèse de Bobby n'avait jamais fait de sport de sa vie et n'aimait pas ça. Mais cette boutique c'était son projet, une boutique qu'il essayait d'étendre pour en faire une grande chaîne de magasins.  Du moins, c'est ce dont il rêvait, mais il n'y arriverai pas. La concurrence était trop grande, et en plus il devait payer pour sa "protection". Il était en effet racketté par un membre de la Famille Colombo. Ça plombait toutes ses affaires. Mais Bobby le vivait bien, il était optimiste, il pensait réussir, même si tout le monde savait qu'il ne dépasserai pas le stade de petit commerçant de quartier, racketté par la mafia. On peut ajouter aussi qu'il aimait particulièrement le slogan de sa boutique : "Costagliola Sport, the better Cost !" Il trouvait le jeu de mot avec"Costagliola" et "Cost" super. Il menait donc sa vie pépère, heureux et toujours à l'affut d'une occasion, d'un évènement qui pourrai lui faire faire fortune.

-Hum...vous voulez mon avis sur cette tente...MON AVIS sur CETTE.../TENTE/ ?! Oui /MONSIEUR/ vous l'aurez ! C'est tout simplement la /MEIL-LEURE/ ! Oui /MONSIEUR/, je vous le /GARANTI/ HAHA ! Quoi de mieux que cette tente pour camper ?! Mais non il n'y a rien de mieux, /NON/, en plus vous savez quoi ?! Elle se déplie /SEULE/ ! 

Bobby lance la tente à travers le magasin et celle-ci se déplia en quelques secondes sous les yeux des clients qui avaient l'air satisfaits :

-C'est d'accord, nous allons la prendre.
-HAHA TRÈS BIEN ! Je vois que cet atout ne vous laisse pas insensible ! HAHA !

Au même moment une femme avec deux petites filles qu'elle tenait chacun d'une main se diriger vers le magasin. C'était la femme et les deux filles de Bobby, les femmes de sa vie.
Bobby les vit à travers sa vitrine et leur fit un signe en espérant qu'elles le voient de là-bas. Son sourire était encore plus gros que d'habitude. Elles attendaient sagement au passage piéton pour pouvoir traverser. Puis le feu massa au vert pour les piétons, elles commencèrent à traverser.
Bobby en ayant terminé avec ses clients s'en alla vers le pas de la porte et attendit sa femme et ses deux filles, les bras croisés toujours plus souriants en les voyant arriver avec leur petites boucles blondes qu'il aimait tant. Tout à coup, on entendit des gyrophares. Les filles qui étaient alors presque arrivées de l'autre côté de la route furent fauchées par une voiture de police qui roulait très vite. La voiture fuya, laissant sur la route trois corps sans vie. La destruction de toute une vie en une fraction de seconde.

Chapitre 2 : Si t'as pas d'argent, prend un fusil

Les flics étaient bourrés, et ils avaient mis leur gyrophares pour éviter les bouchons. Résultat des courses, une mère et ses filles gisant en plein milieu de New-York, sous les yeux ébahis de Bobby. Une enquête fut ouverte en interne de la police, mais malgré les témoignages de Bobby, l'enquête ne mena à rien, et personne ne fut jamais puni pour ce triple homicide. Bobby très affecté par la perte de sa famille devint un assidu de l'église et pria régulièrement pour sa femme et ses filles, et se confiait au prêtre pour se soulager. Malgré tout, même s'il voyait en la prière un moyen de communication avec sa famille disparue, il perdut toute croyance en Dieu, il n'existait pas pour Bobby, c'était certain, il n'y avait aucune justice divine car sa famille ne méritait pas ça. Par contre Bobby n'aimait pas extérioriser ses émotions en dehors de l'église, c'est pour ça qu'il fit son possible pour garder sa naturelle joie avec son entourage et ne laissait pas paraitre avoir perdu toute sa famille injustement il y a quelques mois. Quelqu'un qui ne le connaissait pas ne pouvait se douter qu'il avait perdu femme et enfants. 

Près de trois mois après l'accident, Bobby continuait à travailler dans son magasin. C'était un vendredi comme les autres, le jour où il fallait rendre des comptes à la mafia. Jimmy Arculeo entrait dans le magasin, l'air assez désinvolte, la main gauche dans la poche et la cigarette au bec. Il se servait de sa main droite pour saluer certains clients habitués. Il devait avoir à peu près la trentaine d'après Bobby, un peu plus, ou un peu moins, mais dans ces eaux là. Il était habillé d'un vieux survêtement bleu, et d'une casquette assortie. Par contre il portait des chaussures de sport entièrement jaune fluo'  qui pour le coup n'était pas du tout assorties. Le tout avait été acheté dans cette boutique, et ne manquait pas de dire à tous les clients qu'il pouvait croiser que c'était grâce à Jimmy que la magasin survivait. Il se plaçait comme le sauveur, le prophète, par rapport à Bobby qui n'était qu'une victime de plus que Jimmy avait sauvé. Bobby était en train de discuter avec un client, arborant l'un de ses habituels grands sourires, mais qui s'effaça lentement à la vue de Jimmy. Jimmy se précipita sur Bobby pour lui faire la bise :

-Ey' Bobby ! Comment va ?
-Ah salut Jimmy...ouais bien bien et toi ?
-Ouais ouais, allez viens faut qu'on cause à l'arrière ! dit-il en montrant de sa main droite la porte de l'arrière boutique.
-Ouais, okay Jimmy...

Une fois à l'arrière, Bobby alla prendre une enveloppe légèrement bombée dans un tiroir de son bureau et la tendit à Jimmy :

-Jimmy...excuse mais y'a un peu moins qu'prévu...depuis la mort de ma femme, j'ai plus personne pour gérer les comptes, et du coup j'gagne un peu moins...mais j'te rembourserai la s'maine prochaine, j'te jure ! J'te /JURE/ !

-Tu m'le jures ? Tu /JURES/ de me payer plus la semaine prochaine ?!
- Oui Jimmy, j'te l'promets !
-Mais j't'emmerdes putain ! J'en ai rien à foutre de c'que tu dis espèce de /BRANLEUR/ !
-Non mais...

Jimmy attrapa le col du polo de Bobby par la main gauche et lui donna un coup de poing de la main droite en plein visage qui fit tomber Bobby au premier coup dans un grand fracas sur son bureau. 

-Aïe putain...

Il se pencha alors sur Bobby et lui assena plusieurs coups de poings toujours sur le visage. Le visage de Bobby était en sang.

-Nooon...arrête ahh..

Jimmy repris Bobby par le col à deux mains cette fois et l'envoya à terre puis cette fois fit usage de son pied pour donner des coups de partout dans le corps volumineux et gras de Bobby. Il prit finalement la lampe de bureau de Bobby et lui lança en pleine figure. Bobby était à terre, il gémissait. Jimmy sortit de l'arrière boutique et s'en alla avec la caisse pour compléter son enveloppe. Il n'y avait plus personne dans la boutique, tout le monde avait déguerpit. 

Ce passage à tabac fut un tournant dans la vie de Bobby. Ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait, c'était même assez fréquent, mais il avait décidé que cette fois serai la dernière. Fini les problèmes avec la mafia, fini les embrouilles avec le gouvernement. Il allait se casser, mais avant il devait accomplir quelque chose.

C'était la nuit. Bobby était dans la forêt, fusil de chasse en main. S'il y avait bien quelque chose qu'il aimait pratiquer, c'était la chasse. Il avait cette passion en commun avec Jimmy. Il savait que Jimmy allait chasser chaque Mardi pendant la nuit. C'était le bon moment, le meurtre de Jimmy passerai pour un accident, le chasseur aurai fuit, et personne ne pourrai se douter que c'était le pauvre Bobby qui avait fait le coup. Ensuite il laisse la boutique à son cousin qui travaille avec lui depuis ses débuts et se barre pour Los Santos. Un bon plan, non ? Bobby aperçut Jimmy avancer doucement dans la forêt, il avait repéré du gibier. Bobby était caché derrière un arbre, profitant de l'obscurité pour passer inaperçu. Jimmy s'arrêta et épaula son fusil, accroupi dans la forêt, attendant le bon moment pour tirer. Bobby se glissa hors de sa planque, sans faire de bruit et s'approcha doucement de Jimmy. Le silence était pesant. Il continua à s'approcher de Jimmy, il ne l'entendait pas ce qui était un exploit par rapport une fois encore au poids de Bobby qui joue en sa défaveur. C'était le moment, le fusil était déjà armé, il épaula et visa l'arrière de la tête de Jimmy, il s'apprêta à tirer, puis la peur l'envahit. Il n'appuya pas sur la détente. Tout à coup, Jimmy tira sur son gibier. Bobby sursauta tellement la puissance du coup était impressionnante et laissa partir le coup sans le vouloir. Il toucha Jimmy à la tête. La moitié gauche de la tête explosa et s'écrasa contre l'arbre d'à côté. Bobby prit la fuite le plus vite possible. Il n'avait jamais couru aussi vite de sa vie et il respirait très fort. Il arriva à la voiture, jeta son fusil dans le coffre, puis prit le volant et s'en alla à tout allure, direction la liberté.


Dernière édition par Al Ancelotti le Sam 1 Sep - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Matt'
  
avatar
Messages : 18
Grade : Modérateur

MessageSujet: Re: [Mafia - CMLV] Bobby Costagliola Sam 1 Sep - 20:03

Toujours aussi pourrit.. Pas de changement :p

Nan, pas mal, je l'avais pas lu, tu devrais modifier les BBCODES ça fait moches avec les couleurs/présentation du forum.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Carlos "Big" Ashton's
  
avatar
Masculin Messages : 275
Organisation : Salzano Connection
Grade : Outsider
Pseudo Habbo : Carlos.Riscatto

MessageSujet: Re: [Mafia - CMLV] Bobby Costagliola Lun 5 Nov - 10:02

J'aime bien..

_________________


<< L'intelligence est une vertue que l'idiot n'a pas. >> C.Riscatto
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Mafia - CMLV] Bobby Costagliola

Revenir en haut Aller en bas

[Mafia - CMLV] Bobby Costagliola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle d'Azphel :: SecuHost :: Les Backgrounds-