Deviens ta propre légende.
 

Partagez|

[HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Maître Dämon
  
avatar
Masculin Messages : 582
Organisation : La divine Santérià.
Grade : Serviteur d'Orisha.

MessageSujet: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Jeu 25 Oct - 16:44



A gauche, Alexey Petrovitch Dimayev lors d'un entraînement au Daghestan.


Chapitre 1 - Un Russe à Berlin Ouest.

Dans la salle d'attente du quartier général de l'OTAN, a proximité de l'Alexanderplatz a Berlin, " Karl " renoua sa cravate. " Karl " était Allemand, il avait une vingtaine d'années, des cheveux châtains foncés coupés très court sur les côtés, des yeux foncés et des lèvres épaisses lui donnant un côté sensuel, sans pour autant le faire passer pour un nègre. " Karl " regarda sa montre. Cela faisait déjà un quart d'heure qu'il attendait dans la salle d'attente, une petite mallette contenant son curriculum vitae était posée à ses pieds. Les lampes étaient allumées dans la salle d'attente exiguë, dehors un bus passa dans la nuit noire. " Karl " se penchait pour saisir une revue sur un magasin vendant du mobilier scandinave lorsque la porte du bureau, en face du sofa où il était assis, s'ouvrit. Un homme au crâne dégarni en sortit et marcha d'un pas pressé vers les escaliers après avoir saluer l'homme qui l'avait accueilli dans son bureau. Sur le palier de la porte du bureau, le Lieutenant-Colonel Brown se tourna vers " Karl ".
Monsieur Pfaffenberg ?
" Karl " leva aussitôt la tête et après s'être rapidement levé, se dirigea vers le bureau, où le lieutenant-colonel entrait déjà. Le bureau était grand, sur les murs, une belle tapisserie rouge et chaleureuse se démarquait du parquet sombre au sol. Au plafond était accroché un grand lustre qui éclairait toute la pièce. Le haut-gradé de l'OTAN s'assit sur son fauteuil en cuir de l'autre côté du bureau en acajou où trônait une machine à écrire et des feuilles posées à côté sous un beau stylo à encre.
" Bonsoir, merci d'être venu, lança le Lieutenant-colonel, alors comme ça vous voulez rejoindre l'OTAN ?
- C'est exactement cela monsieur. Ma famille est de l'autre côté du mur à Berlin-Est. Et je veux leur envoyer un peu d'argent tout en faisant une bonne action pour le monde. répliqua " Karl " d'une voix la plus naturelle possible.
- Bien, bien. Montrez-moi votre CV, Dit l'homme en mettant ses lunettes à monture d'or, pendant que " Karl " posait sur le bureau massif son CV.
" Intéressant, repris le haut-gradé qui lisait le document, je vois que vous avez déjà travaillé dans de hautes institutions pour votre âge.
- Oui monsieur, confirma " Karl " d'une voix calme.
- Eh bien, je vais m'entretenir avec mon supérieur pour régler les derniers préparatifs. On se revoit demain à 8 heures. "
Le lieutenant-colonel retira ses lunettes et tendit sa main droite en direction de l'Allemand après avoir reposé le précieux document sur la table.
" Karl " lui serra chaleureusement la main avec le sourire aux lèvres.
Alexey Petrovitch Dimayev venait d'accomplir la phase la plus dure de sa première mission.
L'OTAN était désormais infiltrée par le KGB.

Chapitre 2 - L'Associé du diable

Alexey Petrovitch Dimayev pénétra dans son nouveau bureau.
Il se trouvait dans une grande pièce, une porte le séparait de là où il avait été reçu par le lieutenant-colonel Brown. Ce-dernier s'était pointé vers dix heures du matin, d'excellente humeur. Son costume ne l'affinait pas. Pour un ancien militaire, il avait une belle bedaine et un magnifique double-menton. Néanmoins, la graisse semble le rajeunir. En passant il avait à peine jeter un oeil sur son nouvel assistant qui le salua cordialement avec un sourire. Les besognes d'Alexey étaient simples mais ennuyeuses. Le premier jour par exemple, il devait rédiger un rapport entier sur cinq militaires mis à pieds pour " sympathie communiste ", mais il en fallait plus pour faire abandonner le Russe possédant une très solide couverture. Après la pause déjeuner, les choses s'annonçaient un peu mieux. Alexey devait aller livrer des documents "top secret" dans un service différent, trois étages plus hauts. L'espion feignit d'avoir une envie pressante et se glissa dans les toilettes privées, proches du bureau de son supérieur, en tenant fermement les dossiers. Assis sur le " trône ", il sortit un petit objet rectangulaire de sa poche et visa la première page. On lui avait montré à maintes reprises comment se servir du " Lomo ", le petit appareil photo fétiche du KGB. L'utilisation était simple. Il devait viser et tirer. Alexey se mit vite à l'oeuvre, un courant d'adrénaline passa dans ton son être qui remplaça l'angoisse d'être surpris. Clic-clac, clic-clac, l'engin était normalement silencieux, mais il semblait faire un bruit épouvantable, clic.. la porte de la pièce s'ouvrit. Dans la cabine, Alexey tressauta et vérifia que la porte était bien fermée. Le Russe entendait son coeur battre si fort qu'il pensait que ça résonnait dans toute la pièce. La porte de la cabine adjacente s'ouvrit et se referma. Alexey entendit la cuvette descendre, la personne s'asseoir et un "plouf" qui donna un aspect un peu fanfaron à la scène. Le visiteur tira la chasse dos, quitta la cabine et sortit sans même se laver les mains, Alexey se remit à photographier, clic clac, clic clac...

Le dossier arriva dans le service d'un certain Schulz. Alexey retourna dans son bureau, son patron l'attendait.
" C'est du beau boulot que vous avez fait Pfaffenberg, lança l'homme de sa grosse voix où tintait un accent anglais.
- Mais, je n'ai fais que mon travail monsieur, répliqua le faux assistant.
- En tout cas, c'est du propre et fait dans un temps record, sortez plus tôt et fêtez votre nouvel emploi avec votre femme ou des amis.
- C'est très gentil à vous monsieur, appelez-moi si vous avez besoin de moi. "

Alexey sortit du grand bâtiment de l'Alexanderplatz, des femmes en jupe cintrées toutes plus jolies les unes que les autres déambulaient dans les rues en adressant des petits sourires à Karl, plus connu sous le nom d'Alexey. Ce-dernier reportait mentalement ses visites dans les bordels et ses appels au call-girls berlinoises. Là, il se rendait vers le Nord de Berlin, dans la partie Française où la sécurité était moindre. Alexey avait sa mallette de travail à double-fond. Le KGB n'avait pas intérêt à ce qu'une de ses meilleures recrues se fasse prendre la main dans le sac. Arrivé dans une ruelle déserte, il se cala contre un mur et sortit de son attaché-case une enveloppe adressé à Mon cher Friedrich qu'il glissa dans une boite-à-lettres du nom de Steinberg. Alexey referma son attaché-case et.. quatre hommes l'encerclaient, ils revêtaient des t-shirt de football et des jeans, ainsi que des vestes en cuir. Alexey les dominaient d'une tête et demi, mais cela ne découragea pas les quatre "racailles" de lui réclamer d'un ton menaçant sa mallette.

" Passe-moi ça, connard, demanda le premier.

Alexey ne répondit même pas et tendit son attaché-case. Le plus vieux des quatre la saisit, mais le Russe ne lâcha pas.

" C'est quoi ton problème ? "

Alexey passa à l'attaque à ce moment là, un coup de pied dans le ventre et un coup de mallette en pleine face. Les trois autres mirent trop de temps à réagir. Erreur fatale, l'agent se retourna et envoyant son pied droit dans le thorax de l'un qui portait une casquette de base-ball qui s'écroula. Le plus peureux s'écarta à la recherche d'une arme, laissant son compagnon qui asséna un coup de poing dans la tête d'Alexey. Le coup de poing n'aboutit pas. Fidèle aux techniques apprises, Alexey amortit le coup sans mal et tordit rapidement le bras de l'agresseur, puis lui asséna un coup de pied au genoux. Hurlements de douleurs, celui-ci avait son compte. Il en restait toujours un dans la compétition. Ce-dernier avait pris un couvercle de poubelle et chargeait sur Alexey qui s'écarta au dernier moment, laissant le jeune qui fonça contre le mur. "Karl" abattit sa main d'un éclair dans sa nuque qui l'assomma d'un coup. L'agent du KGB se recoiffa et réajusta son costume. Il quitta la ruelle sans se soucier des adolescents qui gisaient au sol.
Il n'y avait pas de témoins. Quoique..

Chapitre 3 - Le Témoin

Le témoin photographia pour la énième fois Alexey Dimayev quitter les lieux de la bagarre.
Il laissa pendouiller son Nikon autour de sa tête et s'alluma une cigarette. Hans Beckermann avait accompli sa mission. Après avoir fumé sa cigarette assis sur le banc du parc où il pistait "sa proie". Puis, il rentra, non pas chez lui mais dans son bureau, dont la plaque indiquait " Beckermann - Détective privé. Après s'être servi un café, il s'alluma une cigarette et mit les douzaines de photos prises dans une enveloppe, puis, il attrapa le téléphone et composa un numéro.

" Ja ? dit une voix de femme à l'autre bout du fil.
- Gütten tag, lança le détective d'un ton non-cordial, j'ai constitué votre dossier. Il vous attend. Vous pouvez venir quand ?
- Hmm..ce soir après le travail, dit la femme d'un ton enjoué, disons, au café Breslau ?
- Bien, ce sera parfait, au revoir. termina le détective en reposant le téléphone."

Hans Beckermann se présenta au café Breslau. C'était un petit commerce peu fréquenté, mais discret. Beckermann, du haut de son bon mètre 80 s'assit à une table, s'alluma une cigarette et commanda un bon verre de schnaps, qu'il eut le temps de finir en attendant sa cliente. Enfin, une jeune et jolie femme brune sortie de nulle part s'assit sur la banquette en face du détective. Ses beaux yeux bleus troublèrent le détective privé qui sortit de sa mallette le dossier " Pfaffenberg " et le posa sur la table, en se laissant tombé sur son fauteuil. La jolie dame de 28 ans dans un tailleur blanc élégant avec des chaussures à talons et des bas de soie attrapa le dossier et s'attarda plus particulièrement sur les photographies prises quelques heures auparavant.

" Parfait, dit-elle après que le détective eut commander un autre verre de schnaps, vous avez fait du bon travail. Allons dans votre bureau pour discuter des modalités.
- Mais bien sur ma p'tite dame, répliqua Beckermann, je vous y emmène de suite. "

La dame s'assit sur la chaise en face de Beckermann qui posa les deux mains sur la table. "Bon, alors ça vous fera 300 Marks plus le prix de l'imprimeur.
- A vrai dire, je compte vous payer avec autre chose. La femme avait les deux mains sous la table, hors de vue. Elle pressa quelque chose et..le détective sentit quelque chose lui perforer le ventre. Il baissa les yeux, et découvrit du sang et les trous des deux balles que la cliente lui avait logé. Il s'affaissa sur sa chaise et tomba sur son tapis, pendant ce temps, la fille s'était levée et brandissait un Colt 1911 munit d'un silencieux. Elle visa la tête du blessé et tira a deux reprises.

Chapitre 4 - Romance à l'eau de rose

Eva Lauzenmann coupa le réveil entrain d'émettre un bruit assourdissant.
La nuit avait été chargé. Elle observa le colt 1911 avec silencieux sur la table de nuit. Il fallait vraiment le cacher. Sur la table du salon le dossier " Pfaffenberg " était grand ouvert. Pourquoi s'intéressait elle autant au nouvel associé du lieutenant-colonel Brown ? Car elle avait déjà vue son nouveau poulain à Berlin Est et les preuves relatées par le dossier étaient plus que suffisantes pour le jeter en prison. Eva n'allait pas rendre ce dossier publique. Pas pour l'instant, elle allait s'en servir pour faire chanter la taupe et même le KGB en lui-même si il travaillait pour eux - ce qui était fort probable -. Eva se doucher, elle sécha ses longs cheveux bruns et les coiffa. Puis, elle s'habilla et après avoir bu un café elle partit travailler.
Au bureau, une mauvaise surprise l'accueillit. Une pile de documents s'amoncelait sur son bureau, c'est dans ces moments là que la secrétaire surpasse l'espionne et qu'elle doit tout ranger. Elle se promit d'aller voir "Karl" dans la journée.
Alexey Petrovitch Dimayev était là depuis longtemps. La veille au soir il avait subtilisé la clef de son patron parti chez lui pour un rhume, il l'avait déposé chez un serrurier qui en avait fait un double. Une fois le double fait, il remit la vraie clef à sa place originelle et cacha bien le double dans son manteau. Enfin le matin, il arriva a six heure - deux heures avant son chef - et entra dans le bureau de son chef. En transpirant un peu il se rua avec la plus grande méthode dans les tiroirs, à l'affût d'un document important, et lorsqu'il en trouvait un le photographiait avec son Lomo. A l'arrivée de son chef, Alexey pour se faire bien voir lui donna son courrier et la paperasse qu'il devait remplir quotidiennement. Eva passa le voir vers midi. La belle brune jeta le rapport du détective sur le bureau de la taupe et observa sa réaction. Alexey feuilleta le rapport en sentant l'anxiété monter en lui. Si ce rapport était publié il était cuit, et Eva le savait. Elle s'approcha et lui murmura à l'oreille :

" Je peux faire de toi ce que je veux. Camarade "

puis, elle embrassa le Russe passionnément. Alexey ne tenta même pas de résister et lui rendit son baiser en commençant à la déshabiller. Il fallait suivre les règles jusqu'à ce que le KGB l'apprenne et intervienne. Alexey après avoir mis nu la secrétaire la posa sur le bureau et commença à la pénétrer. Elle gémissait de plaisir.
Alexey ne pensa plus à rien. Il ne songea même pas à la tuer ou détruire le dossier.
Il ferait ça plus tard.

Chapitre 5 - Arrestation musclée

Il fallait faire quelque chose.
Alexey dans son bureau renoua sa cravate. La sublime - et venimeuse - Eva était reparti en prenant soin d'emmener le dossier. Brown arriverait dans peu de temps. Eva avait foutu en l'air l'objectif du jour d'Alexey qui était de récupérer quelques précieux documents. Il n'avait pas beaucoup de temps. Il entra rapidement dans le bureau de son supérieur et se dirigea vers le mur près de la fenêtre qui donnait sur l'Alexanderplatz bondée. Les gens avaient fini leur pause déjeuner et ils regagnaient les sombres ministères dans lesquelles ils travaillaient. Alexey décrocha le tableau au mur, cachant un petit coffre-fort. La taupe sortit un petit stetoscope de la veste de son costume, et s'attaqua au coffre après avoir mis les oreillettes.
Au bas de l'immeuble, Charlie T. Brown pénétra dans la réception il avait l'allure d'un pacha pressé. Le gros lieutenant-colonel appela l'ascenseur. Alexey commençait à stresser. Quelle heure était il ? 13h12. Le temps presse. Alexey s'acharnait a tourner le rond qui permettait de faire la combinaison. A gauche, à droite, à gauche. Un déclic. La porte se déroba. Les précieux documents étaient là, droit devant lui. Le petit Top secret en lettres rouge semblait lui hurler " Ouvre-moi ! ". Sauf qu'à cet instant, ce ne fut pas le dossier qui s'ouvrit. Mais la porte du bureau d'Alexey adjacent à celui du "patron". Vite, la taupe embarqua les documents et ferma le couvercle du coffre et le tableau. Il se rua vers les toilettes contiguë et s'enferma dans une des deux cabines. Il souffla un peu. Alexey recommença son manège avec le Lomo de poche du KGB. Enfin il sortit en tirant la chasse. Les dossiers cachés dans sa veste. Il devait remettre les dossiers originaux dans le coffre-fort avant que le "gros porc" s'en aperçoive. Alexey s'approcha de son bureau et lança à son patron :

" Monsieur, la réceptionniste vous appelle.
- Ah ? Pourquoi ne m'a t'elle pas téléphoné en personne ?
Alexey haussa les épaules.
- Je n'en sais rien monsieur, reprit le Russe, ce qui est sûr, c'est qu'elle m'a demandé de venir à son bureau. "

Le " gros porc " se leva, ses bourlets disparaissant. Il se dirigea vers la réception d'un bon pas. C'était le moment. Alexey passa à l'action : Il poussa le tableau, rouvrit le coffre-fort et y glissa les documents. Soulagé, il referma le tout. Il aperçut trop tard la petite caméra de surveillance au mur. Eh merde. Alexey se précipita dans son bureau, il attrapa sa mallette et cacha rapidement les documents dans le double-fond. Il se mit à courir en direction des escaliers, il bouscula tout le monde sur son passage. Soudain, une alarme retentit. Trois gardes montaient les escaliers, arme à la main. Il fit demi-tour et arriva au niveau des ascenseurs. Il en appela un. Rien ne se produisit. L'autre alors. Rien non plus. Il devait partir d'une façon ou d'une autre.
Un des gardes leva son arme et tira. Les trois balles se logèrent dans le mur. Alexey continua sa course jusque dans le bureau de son chef, ou plutôt, ancien chef. Allez, il y était presque. Le Russe plongea dans la fenêtre. Le sol se rapprochait. Soudain. Tout s'immobilisa. L'espion s'était agrippé à l'échelle en face du Quartier Général de l'OTAN. Il glissa sur les bords et descendit dans la rue. La police était là. Sa seule solution était le métro. Non, il était trop loin. Un coup de feu retentit. Alexey ne pouvait tenir sur ses jambes et s'écroula dans la rue. La police vint l'interpeller à coup d'injures et de coups. Alexey se débattait malgré sa blessure à la jambe. Il fut menotté. On le releva et on lui glissa un sac sur la tête. Il sentit une main presser sa tête pour lui éviter de se cogner dans la voiture de police.
Le plan avait fonctionné.
La taupe était désormais en cage.

_________________
« Si on me demande de tuer, je refuse.
Si tu me demandes de voler, je réfléchis.
Si Orisha me demande de me sacrifier, j'accepte »

Hans Friedrich von Breslau - Maître Dämon


Dernière édition par Alexey Petrovitch Dimayev le Ven 26 Oct - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Kinoxis
  
avatar
Messages : 10
Organisation : Salzano Connection
Grade : Outsider
Pseudo Habbo : Kinoxis

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Jeu 25 Oct - 19:53

Sympas, j’attends beaucoup de la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas



Seigneur Syriaque
  
avatar
Messages : 936
Organisation : La Santéria
Grade : Seigneur Syriaque

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Ven 26 Oct - 8:02

Très belle histoire, j'aime lire ce genre de présentation. Bienvenue à toi camarade Smile

_________________
I am heros, I am superman_
Revenir en haut Aller en bas



Maître Dämon
  
avatar
Masculin Messages : 582
Organisation : La divine Santérià.
Grade : Serviteur d'Orisha.

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Ven 26 Oct - 16:33

Chapitre 5 publié.

_________________
« Si on me demande de tuer, je refuse.
Si tu me demandes de voler, je réfléchis.
Si Orisha me demande de me sacrifier, j'accepte »

Hans Friedrich von Breslau - Maître Dämon
Revenir en haut Aller en bas



Ronald James Speirs
  
avatar
Masculin Messages : 308
Organisation : Salzano Connection
Grade : Associate
Pseudo Habbo : Ronald.Speirs

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Ven 26 Oct - 17:12

D'ou tu prend toute cette inspiration ? Shocked

_________________
"Everyone has limits,but not everyone accepts them !"

Revenir en haut Aller en bas



Matt'
  
avatar
Messages : 18
Grade : Modérateur

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Ven 26 Oct - 18:57

Vraiment pas mal, y a du texte derrière, c'est intéressant. T'as pris du temps pour le faire et ça passe pas inaperçu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Carlos "Big" Ashton's
  
avatar
Masculin Messages : 275
Organisation : Salzano Connection
Grade : Outsider
Pseudo Habbo : Carlos.Riscatto

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Lun 5 Nov - 10:01

I Love You History !

_________________


<< L'intelligence est une vertue que l'idiot n'a pas. >> C.Riscatto
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Maître Dämon
  
avatar
Masculin Messages : 582
Organisation : La divine Santérià.
Grade : Serviteur d'Orisha.

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Lun 5 Nov - 11:02

Merci, quand je ferai ma présentation dans la partie membre, je la modifierai un peu Smile

_________________
« Si on me demande de tuer, je refuse.
Si tu me demandes de voler, je réfléchis.
Si Orisha me demande de me sacrifier, j'accepte »

Hans Friedrich von Breslau - Maître Dämon
Revenir en haut Aller en bas



Pims
  
avatar
Messages : 1511
Grade : Caporal de la Section XIII

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev. Lun 5 Nov - 11:49

Je n'ai pas encore tout lu, mais je le ferais dès que le temps me le permettra.
Tu as une plume entre les doigts.

_________________
"Beaucoup perçoivent que le respect acquit est digne d'honneur sur terre, seulement ils ignorent que celui-ci fleuri uniquement sur la fosse."

Kane dit "Prince" Salzano.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev.

Revenir en haut Aller en bas

[HISTOIRE - HABBO] Alexey P. Dimayev.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle d'Azphel :: SecuHost :: Les Backgrounds-